Viveta Gene : La traduction automatique est comparable à une arme très sophistiquée ; vous devez savoir comment l'utiliser.

20/04/2022 Non catégorisé

Viveta Gene, spécialiste en traduction et localisation au sein d’Intertranslations

Profil LinkedIn (shorturl.at/dwJKR)

La post-édition est un processus qui permet d’optimiser le texte traduit afin de fournir un service fiable et satisfaisant. Viveta Gene, linguiste et traductrice expérimentée, membre de l’équipe d’Intertranslations, s’appuie sur les différents contextes théoriques dans lesquels elle se spécialise et s’intéresse aux nouvelles tendances qui semblent dominer le secteur de la traduction. Combinant la traduction et la technologie, elle met à profit son savoir-faire en matière de traduction, de linguistique et de technologie pour s’établir en tant que spécialiste des solutions linguistiques. Elle s’intéresse principalement aux outils de TA et à la post-édition. Elle analyse ici les principales positions sur l’importance et les avantages de la post-édition et sur le rôle du post-éditeur. Elle explique également en quoi ce rôle diffère de celui d’un traducteur et donne des détails sur les systèmes de traduction automatique.

Quel est le profil et le rôle du post-rédacteur ?

Sur la base de recherches, nous avons abordé le rôle de post-éditeur comme un rôle revalorisé plutôt que comme deux rôles différents, celui de traducteur et de post-éditeur. Dans la question d’enquête “Pour vous, quel est le profil idéal du post-éditeur?” à laquelle ont répondu les prestataires de services linguistiques, les sociétés de traduction et les traducteurs, nous constatons qu’ils sont tous d’accord pour dire qu’il faut un diplôme en traduction, une formation en post-édition et une expérience en post-édition de plus de 3 ans.

Ainsi, nous considérons la post-édition comme une mise à niveau du traducteur, un perfectionnement, et non comme quelque chose de complètement différent. Nous comprenons, bien sûr, qu’il s’agit d’un secteur très spécialisé qui nécessite une formation et une spécialisation soit en traduction, soit dans un domaine particulier.

Je voudrais partager avec vous la manière dont je définis les compétences d’un post-éditeur. Cette vision ne provient pas d’une recherche ou n’implique pas de chiffres ; elle provient de la bibliographie que j’ai étudiée.

Nous disposons de compétences linguistiques, de compétences langagières, de compétences textuelles, de compétences culturelles et de connaissances du domaine, du sujet. Plus précisément, il faut connaître la langue source et la langue cible, communiquer avec compétence dans au moins deux langues, posséder des compétences culturelles et interculturelles, ainsi que des compétences dans le domaine concerné. Il existe également une compétence technique, c’est-à-dire une connaissance des systèmes de traduction automatique, des compétences en matière de gestion terminologique, des compétences en matière d’évaluation de la qualité du corps du texte – dans certains cas, des outils de traduction automatique statistiques ou basés sur des exemples – et des compétences en matière d’édition de la langue contrôlée. Autre chose encore, facultative certes, mais tournée vers l’avenir : des compétences en programmation pour créer des macros et exécuter une correction automatique des erreurs.

En outre, nous disposons des compétences de base, telles que la compétence psychologique, qui permet au post-éditeur de gérer la subjectivité et d’appliquer les normes de post-édition, ainsi que la compétence stratégique, qui aide le post-éditeur à prendre des décisions et à choisir entre plusieurs alternatives sans se soucier du style.

Quelles sont les différences entre un post-éditeur et un traducteur ?

Nous devons définir ces rôles d’une manière ou d’une autre et voir l’évolution du post-éditeur par rapport au traducteur. Certaines aptitudes, compétences et choses que les traducteurs doivent connaître sont communes. Par exemple, ils doivent connaître à la fois la langue source et la langue cible. Ils doivent également être spécialisés dans un domaine pour être plus rapides, plus productifs et plus efficaces en termes de qualité.

Au début, un traducteur ne doit pas avoir de connaissances spécifiques sur la rédaction de textes, la terminologie et sa gestion. Au contraire, un post-éditeur doit avoir des connaissances très sophistiquées et avancées sur l’édition de texte, être capable d’utiliser des macros et des dictionnaires codés, et gérer la terminologie à un niveau plus avancé pour être productif. Il doit également connaître les outils de TAO, les mémoires de traduction, les technologies de traduction automatique, les types de post-édition et les différents niveaux de qualité attendus.

Le post-rédacteur doit avoir une connaissance avancée de la linguistique des textes et il est important d’avoir des connaissances techniques – pas tellement de connaissances culturelles, qui sont en général essentielles pour un traducteur.

Le traducteur est plus attentif aux détails. Dans le processus de traduction, il doit prêter une grande attention à chaque détail, et il a le temps de le faire. D’autre part, le post-éditeur s’intéresse à la vitesse, c’est-à-dire à la manière d’être plus rapide, d’utiliser son clavier et sa souris plus rapidement, et d’utiliser tous les outils disponibles pour être plus rapide. Toutefois, cela ne signifie pas que celui-ci ne doit pas prêter attention à la qualité.

Un traducteur, un traducteur traditionnel, peut souvent ne pas vouloir faire de la traduction automatique. Dans ce cas, s’il le fait, il ne le fera pas bien : c’est ce qu’ont montré notre dernier atelier Memsource et les recherches sur ce sujet.

En ce qui concerne le rôle du post-éditeur, il convient également de parler de la pré-édition et de la langue contrôlée. Il est utile, mais pas nécessaire, d’utiliser un langage contrôlé et certaines compétences en programmation peuvent être utiles à des fins de correction automatique des erreurs.

Peut-on considérer qu’un réviseur a un rôle similaire à celui d’un post-rédacteur ?

Nous devons définir et différencier le rôle du post-rédacteur de celui du réviseur. Une révision tend à être la relecture d’un texte. Cela peut nous amener à penser qu’un réviseur peut très bien faire de la post-édition. Cependant, les deux rôles sont complètement différents, car les erreurs de sortie de post-édition sont des erreurs de machine, tandis que les erreurs de révision sont des erreurs humaines. La façon dont ces deux éléments fonctionnent, la façon dont l’erreur est produite, est complètement différente. Par conséquent, les erreurs sont commises à des niveaux différents et découlent d’un processus mental différent. Le post-éditeur doit être conscient des erreurs de la machine et, par conséquent, être capable de les prévoir. Les erreurs humaines ne sont pas aussi prévisibles, et nous suivons d’autres processus afin de tenter de les détecter.

Quel est le processus de post-édition ?

Voyons comment procéder, comment la post-édition est effectuée. Nous lisons le résultat de la traduction automatique, faisons une comparaison avec le texte source et évaluons la qualité de chaque segment en fonction des instructions. Ensuite, nous devons prendre les décisions appropriées et traiter le texte pour l’améliorer. Nous devons donc lire le texte source, le comprendre, lire le résultat, le comprendre, trouver les erreurs et les corriger. Il y a différentes manières de faire tout cela ; ce n’est pas une ligne droite. Nous pouvons d’abord lire la source, puis lire la cible et commencer la post-édition ou vice-versa ; ou tout peut être fait en parallèle, c’est-à-dire que nous lisons la cible, la source et la post-édition en même temps. Les facteurs qui peuvent affecter la qualité et l’effort sont le format du fichier, le domaine, le style, et certaines statistiques concernant le document – par exemple, sa longueur, sa complexité, s’il est de bonne qualité, car certains textes ne sont pas bons du tout.

Et la machine ? Quels types de systèmes de traduction automatique sont utilisés et quelles “difficultés” peuvent-ils créer ?

Examinons la traduction automatique, plus précisément la traduction automatique neuronale et les difficultés qu’elle implique. Ce type de traduction automatique est aujourd’hui utilisé dans 99% des projets que nous traitons, du moins dans les entreprises de traduction. L’inconvénient de la traduction automatique neuronale est que les traductions sont trop fluides. Le résultat semble être fluide, mais il n’est pas parfait. Je la qualifie de “masquée”, car les erreurs sont cachées comme si vous aviez mis un masque sur elles. Elles ne sont pas visibles et sont trop difficiles à détecter. Ce ne sont pas des erreurs au niveau stylistique, grammatical ou syntaxique. Il y a une amélioration significative à cet égard, mais même si la traduction vous semble parfaite, il se peut qu’un terme ne soit pas correct. Parce que vous n’avez pas l’expérience nécessaire dans un domaine, vous risquez de vous emballer. Vous pouvez penser que quelque chose est correct, que c’est parfaitement logique, mais si vous êtes distrait, ne serait-ce qu’une seconde, et que vous n’effectuez pas les recherches documentaires nécessaires, cela devient une erreur très grave. Pour simplifier, cela se produit parce que la machine comprend les mots qui précèdent et qui suivent, mais pas au niveau textuel. Les résultats produits sont donc très bons, mais pas parfaits. Cela signifie que plus la machine et ses résultats s’améliorent, plus le traducteur et le post-éditeur, c’est-à-dire le facteur humain, deviennent nécessaires. Nous avons besoin d’experts hautement spécialisés. Comme je le dis souvent, la traduction automatique est comme une arme très sophistiquée ; il faut en connaître le mode d’emploi et savoir s’en servir.

Post-éditer ou ne pas post-éditer ? Quand choisissons-nous de post-éditer et dans quels types de projets ?

Cela dépend du contenu, du texte, du système de traduction automatique dont nous disposons et, finalement, de l’objectif du texte. S’il s’agit d’un texte destiné à être publié, il n’est pas très approprié d’utiliser uniquement la post-édition. Nous suggérons d’ajouter une étape de révision, en informant toujours le client que nous avons utilisé la post-édition. Il doit y avoir une transparence de la part de toutes les personnes impliquées, du client au fournisseur. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’on peut utiliser ce service.

Certains textes ne se prêtent pas à la traduction automatique pour deux, ou plutôt trois, raisons : la confidentialité, la structure, ou parce qu’ils contiennent des informations critiques pour la vie humaine.

La confidentialité a trait à la sécurité des données fournies par le client, qui doit savoir qu’elles seront importées dans une machine et si nous, en tant que société de traduction, avons pris toutes les mesures nécessaires pour en assurer la confidentialité. Nous savons que les données ne sont pas sûres dans les moteurs existants, google, etc.

La deuxième raison est liée à la structure du texte. Si nous avons un texte juridique avec des phrases très longues, selon les données disponibles actuellement, nous savons que la post-édition ne sera pas bonne, à cause de la structure de tels textes. Cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas le faire ; nous le pouvons, mais le résultat ne sera pas aussi satisfaisant qu’il ne le serait pour un texte technique, contenant généralement des instructions et des phrases de dix mots maximum, quinze au plus.

La troisième raison est le type de texte. Si un texte dans le domaine des sciences de la vie contient des instructions pour un dispositif médical, qui sont critiques (par exemple, il y aurait un gros problème si vous traduisiez accidentellement “faire” par “ne pas faire”), la post-édition ne serait pas appropriée. Les textes mettant en jeu un risque pour la vie humaine, même s’ils concernent une machine, ne se prêtent pas, d’un point de vue éthique, à la post-édition et à la traduction automatique.

Parlons des textes de marketing. D’après les recherches effectuées, lorsque la traduction automatique est utilisée pour ces textes, le résultat manque de créativité. Les traductions ne sont pas aussi créatives qu’elles le seraient si nous traduisions les textes à partir de zéro. Le fait que la post-édition soit appropriée ou non est donc directement lié à la question de qualité.

Quels sont les styles/types de post-édition ?

Il existe une post-édition légère et une post-édition complète. La post-édition légère concerne les corrections strictement nécessaires, par exemple en matière de terminologie, de précision ou de fluidité, afin que le sens et la signification soient correctement transmis. Dans ce cas, nous ne nous attardons pas sur les fautes de frappe ou sur tout ce qui n’affecte pas le sens, et cela dépend toujours de ce que nous avons convenu de faire, c’est-à-dire de ce qu’il est possible de faire dans le temps imparti. Si on vous demande de faire de la post-édition légère à raison de 2 000 mots par heure, il est évident que vous ne vous attarderez pas sur les fautes de frappe, l’orthographe et la syntaxe. Toutefois, vous vous efforcerez de veiller à ce qu’il n’y ait rien d’essentiel qui puisse causer une erreur critique et des dommages en raison d’inexactitudes et d’une mauvaise compréhension du message du texte.

La post-édition intégrale est une post-édition complète à tous les niveaux, ce qui signifie que le résultat est comparable à une traduction effectuée par un traducteur.

Je ne suis pas vraiment d’accord avec la distinction entre post-édition légère et post-édition complète, car la traduction automatique neuronale donne des résultats si fluides qu’il n’est pas très logique de parler de post-édition légère. On n’apporterait que des corrections peu nombreuses et ciblées à un niveau plus profond. La post-édition légère reste valable si nous disposons d’un système de traduction automatique statistique, tandis que la post-édition complète serait suggérée pour la traduction automatique neuronale. Une post-édition légère peut convenir à un post-éditeur junior, mais si nous voulons économiser des ressources, une post-édition complète conviendrait mieux à un post-éditeur expert.

De quelles langues vers le grec obtenons-nous de meilleurs résultats de traduction automatique ?

Jusqu’à présent, d’après mon expérience en tant que post-éditeur, je ne pense pas que la langue source soit particulièrement pertinente. Je traduis de trois langues vers le grec. Le résultat est tout aussi bon, mais cela dépend de la façon dont la machine est “entraînée” et du type de machine utilisé. Si nous utilisons la traduction automatique neuronale, le résultat sera assez fluide. Pour les cibles grecques, la machine fonctionne généralement bien. Même la traduction gratuite de Google fonctionne très bien. Le grec ne présente pas les mêmes difficultés que d’autres langues, comme les langues nordiques ou asiatiques, pour lesquelles les résultats ne sont pas très bons, même lorsque la machine est entraînée. Il est donc clair que cela a à voir avec le niveau de formation de la machine et le système utilisé.

Qu’en est-il de la formation en post-édition ? Quels sont les problèmes et les options dont nous disposons ?

Pour travailler en tant que post-rédacteur, il est important de pouvoir comprendre ce service et qu’il n’y ait pas de lacunes dans la formation, non seulement de la part des post-rédacteurs eux-mêmes mais aussi de l’entreprise de traduction. Les universités sont confrontées à des défis quant à la manière dont cette formation devrait être dispensée, si elle existe. Le plus important est de déterminer comment toutes les parties concernées (post-éditeurs, universités, sociétés de traduction) doivent travailler ensemble pour que ces formations soient couronnées de succès, tant sur le plan académique que pratique.

En ce qui concerne l’éducation, on peut dire que nous manquons de programmes éducatifs pertinents. Pour être plus précis, il se peut que la formation à la post-édition soit dispensée dans une université, mais dans le cadre d’un cours de troisième cycle, à un stade avancé des études, ou qu’elle ne soit pas globale, c’est-à-dire qu’elle peut avoir lieu en Grèce, mais qu’à l’étranger, la post-édition ne soit même pas connue.

Un autre problème est l’absence d’instructions claires, car il n’existe pas d’ensemble d’instructions spécifiques. Si vous travaillez avec plusieurs sociétés de traduction, chaque société ou client peut avoir des instructions différentes. De toute évidence, il est trop fatigant pour les traducteurs de devoir lire de nombreuses instructions différentes lorsque le contexte du service n’est pas bien défini.

Pendant leurs études universitaires, les étudiants doivent se familiariser avec la théorie et la pratique de la post-édition et être capables d’identifier les erreurs de machine s’ils veulent s’en charger à l’avenir. Il serait également utile d’organiser des tests de productivité à l’université afin de tester les capacités de résolution de problèmes et de prise de décision et de trouver des moyens de les développer si quelqu’un veut faire de la post-édition après l’université.

Le plus important est la coopération entre les entreprises de traduction et les universités. Il pourrait y avoir des projets sous forme de recherche pour l’université et des projets réels pour l’entreprise. Dans ces projets, il doit y avoir une équipe avec un superviseur de l’entreprise et de l’université. De cette façon, celle-ci peut identifier les erreurs et en discuter pendant les cours, et l’entreprise peut alors permettre aux étudiants de se développer grâce à une implication continue dans un grand projet.

Actuellement, la formation post-édition est dispensée par un collègue à un autre alors qu’il pourrait y avoir un formateur individuel. Les fournisseurs d’outils de TAO, les universités, les sociétés de traduction et certaines associations proposent ce type de formation. Vous pouvez toujours trouver des informations dans les livres et en ligne. La formation est dispensée par le biais d’ateliers, d’observation au poste de travail, de stages, de webinaires, de cours, comme ceux dispensés dans les universités, et de travail indépendant encadré. Tout ceci est actuellement disponible.

Édité par Anna Dimkos, étudiante à l’AUTH

Traduit par Lydia Kokkinidi

Adaptation du site web http://shorturl.at/rFIK3

Get a free quote